A l’heure où ces lignes sont écrites, le président Macron a décidé de rapatrier notre ambassadeur installé au Niger, signe ultime de la décrépitude diplomatique dans laquelle notre pays s’enfonce un peu plus chaque jour.

Il est désormais acté que la France est dégagée manu militari de ce continent avec lequel des liens forts d’amitié et de reconnaissance réciproques se sont pourtant tissés, forgés depuis 150 ans.

Virés comme des malpropres. Tout simplement.

Humiliés…

Par les Africains ? oui. Comment leur en vouloir ? La puissance tutélaire de la France n’étant plus que l’ombre d’elle-même… Notre jeune président a cru bon d’égayer ses sorties diplomatiques en boîte de nuit, aux bras de quelques artistes locaux, trahissant là l’image même de la fonction hautement symbolique et respectée par ces mêmes africains de président de la république française.

Ne parlons pas de ses discours moralisateurs auprès de chefs d’Etat Africain attendant de notre pays certainement davantage de soutien et de relation basée sur le respect mutuel plutôt qu’une condescendance affichée.

La nature ayant horreur du vide, notre place toute chaude est déjà prise par des pays se projetant sur le long terme, par des pays dont les représentants ont clairement défini ce qui nous manque aujourd’hui cruellement : une vision pour leur pays.

Aucun homme politique français actuel ne dispose malheureusement de cette vision pourtant indispensable pour mener le pays vers une destinée heureuse.

Nous l’avons déjà souligné dans de précédents articles : le jeunisme nous est décidemment fatal.

Car dans ce qui nous préoccupe aujourd’hui à savoir notre présence en Afrique, nous manquons définitivement d’expérience, de maturité dans notre approche diplomatique ce qui pourrait paraître pour un comble pour un pays comme le nôtre fortement imprégné de son passé colonial.

Il a fallu sacrifier la françafrique sur l’autel de la repentance et des bons sentiments en oubliant tout le bien apporté par la France à ces pays.

Il est de bon ton aujourd’hui de s’excuser de tout au risque de perdre le fruit des efforts fournis par nos anciens par le sang, la sueur, les larmes

Nous ne sommes décidement pas dignes d’eux…

La conférence tenue par le Général de Division Pierre-Michel JOANA nous explique la situation actuelle sur l’ensemble de l’Afrique et nous pouvons lui faire confiance pour ce rapide mais exhaustif portrait dressé par l’un de nos meilleurs spécialistes de l’Afrique.

Amitiés Patriotes

Patrice MAGNERON

1 thought on “LA PLACE DE LA FRANCE EN AFRIQUE

  1. Je ne suis pas franchement d’accord avec le discours des “bienfaits de la françafrique” apportés en Afrique
    Les pays qui ont décidés de reprendre leurs économies en main ont en commun un simple constat basés sur plusieurs éléments;
    – les soit disants “indépendances” n’ont pas permis à ces pays de se développer, leurs populations sont toujours aussi pauvres depuis 60 ans, le Niger le Mali le Burkina en sont la preuve. Riches d’or, de gaz, de pétrole, d’uranium pourtant
    -la françafrique est un réseau ayant promu la corruption de dirigeants, contribué à l’assassinat de véritables indépendantistes , installé des dynasties familiales au pouvoir en allant jusqu’à modifier eux-mêmes les Constitutions de ces pays (il faut écouter l’une des dernières interviews d’Idriss Debih à RFI juste avant son assassinat, savoir comment son fils illégitime est parvenu au pouvoir ensuite, qui a couru reconnaitre sa légitimité 48h après pour le comprendre, ou connaître l’histoire de la Côte d’Ivoire du putschiste Ouattara ou du Gabon des Bongo; Bongo dont le dernier “putschiste” est un membre de la famille, un simple jeu de chaises musicales au service des intérêts français, Ali Bongo ayant “trahi” la Françafrique en signant des contrats avec des pays du Commonwealth, faute impardonnable… …tout cela pour permettre à des entreprises (Total, Areva Orano, Bolloré…) de s’enrichir, enrichissement qui n’a jamais profité à aux populations de ces pays, ni aux français, d’ailleurs
    – la présence des forces armées dans ces pays avaient plusieurs conséquences
    – interdiction pour eux de s’armer directement
    -interdiction de survol de leur propre espace aérien
    -impossibilité et interdiction de lutter eux mêmes contre les “terroristes”
    Et encore, je n’entre pas dans les accusations de ces pays auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui disent clairement que la France armait et entrainait ces “terroristes” pour déstabiliser le Sahel et justifier ainsi sa présence permanente ..je laisse le soin au CS de l’ONU de juger de la pertinence des preuves apportées…
    Pour la petite histoire, au Niger peu de temps avant le “putsch” du colonel Traore et des militaires, une action anti terroristes s’était soldée par l’arrestation de dizaines de ces types, au prix de la mort de 11 soldats. Qu’à fait Bazoum? il les a relâchés, et armés pour aller attaquer le Nigéria . Et c’est cela, la trahison de ce “président” qui a décidé les militaires à prendre le pouvoir en main, avec l’appui de sa population, comme au Mali et au Burkina
    Autre anecdote: le discours officiel de l’état français: “nous n’avons pas besoin de l’uranium du Niger qui ne représente QUE 4% du marché mondial. Ah? et bien depuis que Areva n’est plus libre de l’exploiter à sa guise, non seulement les cours mondiaux ont grimpé en flèche , mais on a découvert l’abysse entre le prix payé à l’état nigérien à la tonne, et le prix payé au Canada et à l’Azerbaïdjan….
    Je reste d’avis que si la France avait abandonné le néocolonialisme, le “papa m’a dit”, le foccardisme et le “bob dénarisme” , afin d’avoir des relations économiques “normales” avec les pays africains, nous n’en serions pas là aujourd’hui , et la Chine et la Russie n’auraient pas été des pays favorisés dans leurs échanges commerciaux…
    c’est la politique archaïque de notre pays depuis 60 ans et plus particulièrement depuis quelques décennies, où la Françafrique s’est arcboutée sur ses acquis sans voir le continent africain changer qui est la cause de ce désastre…
    Je ne parle même pas du franc CFA, économiquement esclavagiste des états africains
    Je sais, ce n’est pas agréable à entendre, mais on n’apprend pas de ses erreurs quand on refuse de les regarder bien en face…
    J’attire votre attention également sur le fait que ces pays parlent le “re-migration”, c’est à dire souhaitent développer leurs économies de manière à ce que les africains ne soient plus ni incités par les pseudos ONG, ni incités par la pauvreté à migrer vers l’Europe ….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *