Le rassemblement organisé samedi prochain à 15 H dans toute la France à l’initiative du collectif “La France aime la police” est plus qu’une réaction émotionnelle à la manifestation tenue le week-end dernier à Paris à l’instigation des mouvements associatifs et politiques gauchistes.

Et elle n’est en aucun cas une réaction épidermique.

Un ras le bol oui. Une exaspération oui. Une lassitude oui.

Mais aussi une main tendue vers ce peuple des gens sans grade victime des agressions et autres incivilités quotidiennes contre lesquelles ils ne peuvent rien, non pas par lâcheté, mais parce que le plateau de la balance qu’incarne la justice a basculé du côté des voyous, des racailles, des dealers à la petite semaine, des violeurs, excusés de tout car absous de tout depuis la découverte de la psychanalyse, cette forfaiture intellectuelle justifiant la déresponsabilisation individuelle au détriment de notre Bien Commun.

C’est aussi une réflexion de fonds sur le rôle de chacun dans ce qu’il convenait d’appeler il y a encore peu la Société et qui a volé en éclat sous les coups répétés de l’individualisme et de la perte du sens des valeurs morales.

Qui fait quoi ? Quels sont les droits de chacun ?Quels sont les devoirs de chacun ?

Il semble que ces derniers aient été oubliés… Tout du moins, il est plus porteur- électoralement parlant – de vendre les droits que les devoirs, de justifier une emprise sur les esprits égarés en invoquant la promesse de nouveaux droits individuels (moi, je…, j’ai droit à …) que de porter un discours emplis de mots tels que devoir, respect, solidarité, protection du Bien Commun.

Pour certains de nos élus, il est plus commode de traîner dans la boue, d’humilier les défenseurs, les gardiens de ce temple incarnant la Nation en les traitant d’assassins plutôt que reconnaître qu’ils sont le maillon indispensable, fort, incorruptible de la chaîne de la vie en société.

Nous avons besoin des forces de l’ordre, de la police, de la gendarmerie, de l’armée et de toute institution défendant la Loi, protégeant la Loi.

D’ailleurs, le peuple ne s’y trompe pas. Il reconnait la valeur de ces hommes et évite l’amalgame faussement démagogique que Mélenchon et consorts opèrent en confondant l’abnégation quotidienne de ces forçats, leur courage et leur loyauté avec les ordres “venant d’en haut”, avec ces directives et autres instructions émanant de théoriciens rompus à la lecture des livres mais beaucoup moins rompus à l’art du commandement des hommes et rarement confrontés à la réalité du terrain.

Quand on est un rouage du système, on le subit… La dernière réforme de la police judiciaire en est un triste exemple.

Alors il est de notre devoir, oui de notre devoir de, non pas les défendre, ce serait leur faire injure, mais de nous placer à leurs côtés et leur montrer combien nous les aimons et sommes reconnaissants de ce qu’ils sont et de ce qu’ils font.

Et de cesser de cette opposition que d’aucun voudrait en prélude de guerre civile.

Tous ensemble au côté de ces hommes samedi prochain !

Amitiés patriotes

P.MAGNERON

4 thoughts on “LA HAINE N’EST PAS DANS NOTRE CAMP

  1. Tout ça c’est l’arbre qui cache la forêt, c’est ni plus ni moins que de la diversion. Pendant qu’on tape sur la Police pour se défouler on ne tape pas sur les vrais responsables du patacaisse immonde dans lequel nous vivons en France depuis ces dernières années. Et pires seront les années qui viennent si on ne se soulève pas ! Il faut garder son sang froid et agir intelligemment aussi autrement qu’avec des mots.
    A quand la machiavelure du Peuple Français ?

  2. Bonjour à toutes et tous.

    Bonjour Patrice.

    Merci pour ce très beau texte et à samedi à Paris? Venez, toutes et tous ,nombreux, en soutien à nos amis et frères d’armes de la Police!

    Ensemble.nous serons plus forts face à la macronie et ses amis africano-islamo-gauchistes!

    Vive la France,vive l’Armée,vive la Police !

    Un ancien EVAT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *